Bulletin d'information sur la mise en œuvre de la
politique gouvernementale en matière d'action communautaire
du Québec - Volume 8, Numéro 1 - Automne 2013

Un plan d'action gouvernemental en matière d'action communautaire et d'action bénévole pour favoriser l'exercice de la citoyenneté et le développement social du Québec

Les organismes communautaires, dont le poids économique représente près de 3 milliards de dollars, 64 000 travailleuses et travailleurs ainsi que 424 000 bénévoles1, contribuent de façon significative au développement social du Québec et facilitent l’exercice de la citoyenneté dans des centaines de communautés locales en œuvrant annuellement auprès de plus de 2 millions de Québécoises et de Québécois.

On estime qu’en moyenne chaque organisme communautaire est fréquenté annuellement 1 241 fois, et ce, autant pour l’accès à des services directs ou à des outils pour améliorer sa qualité de vie, que pour la possibilité de se rassembler et d’agir collectivement afin de contribuer au développement de sa communauté.

L’adoption de la politique gouvernementale L’action communautaire : une contribution essentielle à l’exercice de la citoyenneté et au développement social du Québec, en 2001, a permis au gouvernement du Québec de poser des gestes structurants pour les organismes communautaires. Le Plan d’action gouvernemental en matière d’action communautaire, adopté en 2004, a proposé la mise en place de moyens et de mesures pour poursuivre les démarches entreprises et renforcer l’action des organismes communautaires, contribuant ainsi à la reconnaissance de son caractère unique.

Concrètement, depuis 2001, la politique gouvernementale a contribué à mieux harmoniser les pratiques gouvernementales en matière d’action communautaire. Notons de plus que la dynamique et les rapports entre le gouvernement du Québec et les organismes communautaires ont beaucoup évolué. Le milieu communautaire a d’ailleurs affirmé la pertinence de la politique gouvernementale et s’est dit en faveur de son maintien. Enfin, le soutien financier gouvernemental accordé aux organismes communautaires a augmenté, passant de 472,5 millions de dollars, en 2000-2001, à 882,9 millions, en 2011-2012.

Pour poursuivre et actualiser la mise en œuvre de la politique gouvernementale, la ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, ministre du Travail et ministre responsable de la Condition féminine, madame Agnès Maltais, ayant sous sa responsabilité le dossier de l’action communautaire, a lancé les travaux d’élaboration d’un nouveau plan d’action gouvernemental en matière d’action communautaire selon les grands axes suivants :

  • mettre en place les conditions favorables à l’engagement des citoyennes et des citoyens dans leurs communautés;
  • renforcer la capacité d’agir des organismes communautaires;
  • faciliter la contribution des organismes communautaires au développement de collectivités engagées et solidaires;
  • assurer la cohérence et la constance des interventions gouvernementales en matière d’action communautaire et d’action bénévole.

Le Secrétariat à l’action communautaire autonome et aux initiatives sociales (SACAIS) a été mandaté pour réaliser et coordonner ces travaux en collaboration avec le Comité interministériel de l’action communautaire. Les grands regroupements nationaux en matière d’action communautaire autonome, d’action bénévole, de développement social, de défense collective des droits et de développement local ont été rencontrés en avril, et ce, dans un souci de répondre aux réalités de leurs membres, à l’échelle locale et régionale. De plus, ils ont été invités à se prononcer sur les orientations et à suggérer des actions à y inscrire. Par ailleurs, une consultation formelle sur les pistes d’action à prioriser a lieu à l’automne 2013.

C’est donc au printemps 2014 que le gouvernement du Québec réaffirmera sa reconnaissance de l’action communautaire et bénévole, en proposant des moyens et des mesures concrètes pour renforcer son soutien aux organismes communautaires dont les initiatives, qu’elles soient locales, régionales ou nationales, contribuent au développement social du Québec.


1. Selon l’étude Les repères en économie sociale et en action communautaire 2012 : panorama du secteur de la main-d’œuvre du Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’économie sociale et de l’action communautaire. Étude réalisée pour mieux connaître la réalité du secteur pour le développement de stratégies et de moyens d’action visant à le soutenir.

Secrétariat à l'action communautaire autonome et aux initiatives sociales